TOUS LES CAMPS ET ACTIVITÉS D’ÉTÉ proposés par Révélateur

Des camps pour une formation humaine complète. (spirituel, philosophique et théologique et artistiques… 

Notre but est de former les jeunes à monter sur la scène de leurs vies : pas forcément comédien ou chanteur professionnel (même si certain le deviendront) mais dans tous les cas acteur premier de leur vie : de ministre à syndicaliste; de PDG à porte parole d’ONG, d’avocat à délégué de parents d’élèves… nous formons les plis jeunes à monter sur la scène de leur vie !

Depuis 1997, le succès éducatif et artistique ne se dément pas auprès des jeunes 13-18 ans. Nous vous proposons encore cette année de nouveaux camps spectacles exceptionnels avec le Père Jean Marie Luc et toute l’équipe de REVELATEUR ENTERTAINMENT :

Il est basé sur la préparation et la représentation d’une vraie comédie musicale sur la vie d’un saint permettant aux jeunes de vivre un temps de charité fraternelle intense et de bénéficier d’une formation artistique et spirituelle solide.

Le spectacle sera joué en juillet ou en août dans notre lieu de création au lycèe Robert Schuman à CHAUNY à (près de Noyon) mais aussi et surtout en décembre et en mars à LA MAISON DE FAMILLES SAINT FRANÇOIS DE SALES À BOULOGNE BILLANCOURT et à PARIS dans le cadre d’une vraie tournée. Les jeunes y recevront une formation humaine et spirituelle mais aussi artistique avec des professionnels du chant, de la musique, de la chorégraphie, du théâtre durant tout le camp.Un casting a lieu au début du camp. Des artistes préparent ce spectacle durant toute l’année pour qu’il soit monté l’été et puisse partir ensuite en tournée.

  • Une vie commune forte
  • Un temps de réflexion et de partage avec les frères et des adultes
  • Le but du camp est donc de former une petite communauté chrétienne où chacun trouve sa place dans l’amitié, la détente et la réflexion.Engager des jeunes dans la conception (répétitions, enregistrement du son en studio professionnel), la promotion (collage d’affiches, distribution de places, accueil), la production, (proposition de bougies…) et la réalisation, (jeu en costume devant des milliers de spectateurs à Pierrefonds l’été et Paris en hiver, c’est tout le pari de ce camp spectacle exceptionnel par bien des aspects).
    Toutes nos activités sont encadrées par une équipe motivée et compétente. L’encadrement est diplômé BAFD-BAFA. Le camp est reconnu par « Jeunesse et Sports ».
  • Des temps de prière, messe et adoration proposés,
  • Des soirées détente (chants sketches…)
  • Des activités de conception, promotion, production et réalisation de la Comédie Musicale

en savoir plus

Images de Marie au village de Billancourt

Processed By eBay with ImageMagick, z1.1.0. ||B2

Un de nos paroissiens, Alexis Monnerot-Dumaine, tient un blog sur l’histoire de Billancourt avant Renault : « le Village de Billancourt« . Un de ses articles de janvier dernier nous fait voyager, allez y : « A l’intérieur de la vieille église de Billancourt » et vous découvrirez des images de Marie.

voir aussi : https://levillagedebillancourt.fr/2021/11/13/leglise-qui-ne-vit-jamais-le-jour/ Il y eut plusieurs eglises avant celle de la rue du Dôme comme celle bâtie par le comte de Gourcuff (bombardée) et l’église en bois (incendiée). Un blog qu’o n peu suivre aussi via Facebook ou Instagram.

Le blog d’Antoine Nouis

Le blog d’Antoine Nouis

Il y a un an, Antoine Nouis écrivait ceci :

À quoi ça sert de prier face au covid-19 ? (2) : Prier pour protester

22 avril 2020 Antoine Nouis Covid-1

Dans le Premier Testament, deux hommes ont reçu le titre d’ami de Dieu. Abraham[1] et Moïse dont il est dit que Dieu parlait avec lui comme un homme parle à un ami[2]. Ces deux hommes ont en commun d’avoir contesté Dieu. Abraham a défendu Sodome lorsque le Seigneur a annoncé qu’il avait l’intention de détruire la ville[3], et Moïse s’est élevé contre Dieu lorsque ce dernier a décidé de supprimer le peuple après l’idolâtrie du veau d’or[4]. Ils ont contesté et ils ont été appelés amis… comme si Dieu honorait ceux qui lui font partager leurs désaccords.

Dans son testament, Jésus a dit à ses disciples : « Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître. Je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai entendu de mon Père[5]. » Dans ce récit, la foi consiste à entrer dans l’amitié de Dieu. Un ami, c’est quelqu’un à qui on peut tout dire, quand on est d’accord et quand on n’est pas d’accord.

J’aime la citation de Maurice Maeterlinck qui dit : « Si j’étais Dieu, je ne permettrais pas aux hommes de s’agenouiller devant moi. Je leur demanderais de se tenir debout, de me faire face, de me regarder les yeux dans les yeux, de me traiter en égal, de me parler comme un frère parle à son frère. Il n’y a pas de raison pour qu’ils s’humilient en ma présence, puisque c’est moi qui les ai faits ce qu’ils sont. » Cette attitude peut être la marque de l’arrogance de celui qui défie Dieu, elle peut aussi être la marque de l’homme qui se présente devant son Seigneur dans la vérité de son humanité et qui aspire à cultiver l’amitié de Dieu.

Sur ses vieux jours, un journaliste a demandé à Jean-Paul Sartre s’il ne se plaignait pas de devenir aveugle et de ne plus pouvoir lire, lui qui avait vécu au milieu des livres. Le philosophe a répondu : « Devant qui voulez-vous que je me plaigne ! On ne se plaint pas devant la nature. » Avoir la foi, c’est croire qu’il y a quelqu’un devant qui on peut se plaindre, quelqu’un à qui on peut dire notre colère devant le mal.

Devant le grand malheur – et l’infection qui ravage une famille peut être un grand malheur – il y a ceux qui se taisent et qui espèrent passer entre les gouttes, et ceux qui gardent vivante leur colère et qui n’hésitent pas à la poser devant Dieu. Il peut l’entendre, il a les épaules assez larges pour ça.

Je prie parce que je ne veux pas m’habituer à la maladie.

Je prie parce qu’il en va de la dignité de mon humanité.

Je prie parce que lorsque je ne peux plus rien faire, je peux encore prier.

[1] Es 41.8, repris dans le NT en Jc 2.23. [2] Es 33.11.

 [3] Gn18.22-25. [4] Ex 32.11-13 [5] Jn 15.15.

Antoine Nouis, marié, 4 enfants, docteur en théologie. Pasteur en paroisse pendant 28 ans. Directeur, puis conseiller théologique de l’hebdomadaire Réforme. Fondateur avec Jean-Luc Mouton du site campusprotestant.com et auteur d’une vingtaine de livres sur la Bible, la spiritualité et le protestantisme.

Jesus Festival du 8 au 10 juillet 2022 à Paray-le-Monial.

Lancement d’un grand festival de musique chrétienne en France : le Jesus Festival, qui aura lieu du 8 au 10 juillet 2022 à Paray-le-Monial.

“Avez-vous entendu parler du Jesus Festival ? C’est un grand festival de musique chrétienne dont la première édition aura lieu début juillet prochain. Le rêve des organisateurs de ce festival est que des milliers de personnes, croyants ou non-croyants, se retrouvent autour de Jésus. Ce sera une succession de concerts d’artistes chrétiens et d’animations familiales pour tous. Et surtout, ce sera une merveilleuse occasion de vivre une expérience de Dieu et de l’Eglise dans une ambiance festive et conviviale. Réfléchissez-y, priez pour ça et si ça vous dit, profitez de ce lieu idéal pour y aller en famille, avec des amis de l’église, sans oublier de partager ce beau moment avec 1 ou 2 amis non-chrétiens !”

  • Parce que le Jesus Festival permet de faire une expérience de Dieu et de l’Eglise accessible au plus grand nombre, au travers de temps de musique et de louange.
  • Parce que la musique peut rassembler des personnes très variées, habituées ou non de nos églises.
  • Parce qu’il est facile de s’inscrire au festival et d’y inviter des amis non croyants. 
  • Parce que ce sera un événement convivial et familial, accessible à tous, de 0 à 99 ans, avec des animations, des jeux, etc.
  • Parce qu’il va réunir les plus grands artistes chrétiens francophones (Collectif Cieux Ouverts, Dan Luiten, Matt Marvane, Natasha St-Pier, Glorious, Hopen…) ainsi que des artistes internationaux de renom comme Hillsong London et Matt Maher.
  • Parce que cet événement devrait avoir une grande couverture médiatique et permettra à certains d’entendre parler de Jésus de manière positive, peut-être pour la première fois !

Ce projet est inspiré par un festival partenaire en Angleterre, le Big Church Day Out, qui organise un tel événement depuis des années et réunit maintenant plus de 27 000 festivaliers chaque année.  

les organisateurs espèrent entre 3000 et 7000 personnes l’été prochain, à Paray-le-Monial.

Vivons : le Christ est ressuscité !

Par celui qui est mort en Érythrée, en Syrie, en Ukraine, en Afghanistan ou au Mexique…

Par la victime qui se tait et celle à nos frontières,

par celle qui enfante et celle qui a peur ; par celui qui souffre,

par toi qui as soif et faim, par toi qui n’es pas logé, par toi le prisonnier,

et toi dans ces moments pénibles et ceux qui sont la vie,

pour l’amour découvert, nous nous sommes rencontrés !

Pâques : un Week-end prolongé ou l’histoire mythique d’un homme qui ressuscite ? Non !

Une histoire bien réelle de Dieu fait homme, crucifié et ressuscité, qui sauve et libère l’humanité. Des chrétiens trop habitués ne le remarquent plus, les autres (habitués aux chrétiens) y songent peu. La nouvelle est simple et vraie : L’homme est sauvé de la mort, du mal et du mauvais ! Il est libéré ! La mort est tuée ! Elle devient passage vers l’éternité. Dans ce monde qui désire la justice et la paix, l’espérance est donnée.

L’événement est étrange, mais pourtant il est vrai.

Alors que je pensais un Dieu pervers, Alors que je rêvais d’un Dieu puissant, magicien et brillant,

je vois un homme les bras ouverts vers moi et qu’on a mis en croix.

Je craignais un juge : le voilà qui se donne et pardonne. Il n’a jamais voulu la souffrance et la mort.

Lui seul est humain et désire qu’on le soit.

Pour nous le faire comprendre, Il nous a aimés comme on n’a jamais aimé :

Il s’est donné et risqué à nos égoïsmes et nos « intérêts »… Ce vendredi là :

Il est mort crucifié, plus rien que le silence, l’orage est passé, une pluie de cendre,

c’est la nuit, vide au dedans, au dehors et au delà de l’homme. J’ai peur !
Il est mort, lui le frère que je n’ai pas choisi, lui l’ami qui m’a séduit. Il n’y a plus de vie. Je pleure !

Il est mort, Lui dans ce jardin sans arbre qu’une croix transperce.

Il est mort déchiré, lui qui souriait, qui aimait, qui consolait, lui l’innocent.

Sa mère est là et ne comprend pas, J’ai froid !

Il est mort sans liberté, allongé inerte. Plus rien. Je suis brisé, tout est fini. Pourquoi est-Il venu ?

Trois jours après : Dimanche.

Le tombeau est ouvert ! Il est profané !

Le tombeau est vide ! Son corps enlevé !

Le tombeau est vide : RESSUSCITÉ. Il est ressuscité !

L’impossible, l’invraisemblable est vrai, le miracle !

Il est là devant le rêveur qui n’en revient pas ! Il est là devant le philosophe qui ne le pense pas.

Il est là devant l’illusionniste sans illusion… Il est là devant l’optimiste qui n’espère pas.

Il est là devant l’humaniste qui n’y croit pas. Il est là devant… face à toi qui pleures,

qui crains et doutes, qui peines et souffres,

qui aimes et es aimé, qui cherches un sens à ta vie et veux voir l’homme digne.

Il est venu dans notre mort pour nous donner la vie !

Etrangeté !

Voilà des gens qui disent se réunir pour manger la chair et boire le sang de Dieu fait homme afin de devenir éternels, et dans leur corps même. Ils disent que leur Christ est ressuscité le premier, qu’Il est le Sauveur de tous et qu’Il reviendra !

Et Il se trouve des gens, ni sots ni fous pour y croire !

J’en suis !

Pâques: miracle de l’amour sur la haine et de la vie sur la mort..

Cette nouvelle d’un Dieu qui nous aime et nous sauve : Voilà ma foi et j’espère la tienne..

Ouvrons nos yeux pour reconnaître Jésus-Christ : Trouvons-Le à travers tous les hommes.

Ouvrons nos oreilles pour L’entendre : écoutons Sa Parole.

Ouvrons nos cœurs à Lui qui, comme nous, est mystère.

Partageons notre espérance.

Vivons

22 minutes sur le mystère pascal

22 minutes sur le mystère pascal entre Etienne Grieu et Michel Fedou, deux jésuites enseignants au Centres Sèvres ; enregistrement réalisé l’année dernière par temps de Covid, mais avec ou sans confinement ça reste bon et actuel 🙂

La mort de Jésus faisait-elle partie d’un « plan de Dieu » ? Pourquoi Dieu n’est-il pas intervenu pour empêcher la condamnation du Christ ? Que signifie « il est descendu aux enfers » ? Voilà quelques-unes des questions que nous avons posées à Michel Fédou à l’occasion de cette Semaine Sainte un peu particulière.

Avec

Étienne GRIEU Jésuite, docteur en théologie, agrégé de géographie, ancien élève de l’ENS (Fontenay-Saint-Cloud), professeur de théologie, Recteur du Centre Sèvres.

Michel FÉDOU Né en 1952 à Lyon. Études secondaires et supérieures à Lyon ; agrégation de lettres classiques en 1974. Entrée au noviciat de la Compagnie de Jésus en 1976, ordonné prêtre en 1984. Études de philosophie et de théologie au Centre Sèvres. Doctorat de théologie en 1988 (thèse sur « Christianisme et religions païennes dans le Contre Celse d’Origène »).